abaissement

abaissement [ abɛsmɑ̃ ] n. m.
• 1170; de abaisser
1Action de faire descendre; état de ce qui est descendu ( baisse). L'abaissement d'un store. Un léger abaissement des paupières. Abaissement du niveau d'un liquide. Géom. L'abaissement d'une perpendiculaire.
2Action de diminuer (une valeur), de la rendre plus basse. diminution. Abaissement de la température; d'un taux; de la valeur d'une monnaie ( chute, dévaluation) . L'abaissement de l'âge de la retraite.
3Vx Action de rendre moins puissant, d'être moins puissant. « Après l'abaissement des Carthaginois » (Montesquieu). anéantissement, décadence, déclin.
4Vieilli État d'une personne qui a perdu toute indépendance et tout orgueil. avilissement, déchéance, 1. dégradation, humiliation. Relig. Abaissement volontaire. renoncement.
⊗ CONTR. Élévation, relèvement. Amélioration, progrès. Gloire.

abaissement nom masculin Action d'abaisser, de s'abaisser ; état de ce qui est abaissé, de celui qui s'est abaissé : L'abaissement d'une manette, d'un mur, du prix des denrées.abaissement (expressions) nom masculin Abaissement d'axe, en géologie, inflexion de l'axe d'un pli par rapport à son inclinaison moyenne dans le plan axial. ● abaissement (synonymes) nom masculin Action d'abaisser, de s'abaisser ; état de ce qui est abaissé...
Synonymes :
- décadence
- déchéance
- déclin
- dégradation
Contraires :
- amélioration
- élévation
- relèvement
- surélévation

abaissement
n. m.
d1./d Action d'abaisser, de s'abaisser; son résultat.
d2./d Diminution (d'une grandeur, d'une quantité). Abaissement de la température.

⇒ABAISSEMENT, subst. masc.
I.— Domaines spatial, physiol., écon., etc. (cf. abaisser I)
A.— Accept. gén. Action d'abaisser ou de s'abaisser; état de ce qui est abaissé :
1. Dans les tortues, les muscles de la cuisse produisent les mouvemens propres à nager, c'est-à-dire l'abduction, l'adduction, l'abaissement et l'élévation de la cuisse.
G. CUVIER, Leçons d'anatomie comparée, t. 1, 1805, p. 360.
2. Ainsi plusieurs animaux à mamelles, tels que la marmotte, le loir, et beaucoup de reptiles, comme les serpens, tombent dans l'engourdissement à certains abaissemens de température, parce qu'ils ont alors leur orgasme très-affoibli, et qu'il en résulte, comme second effet, un ralentissement dans toutes leurs fonctions organiques, et par conséquent dans leur respiration.
J.-B. LAMARCK, Philosophie zoologique, t. 2, 1809, p. 32.
3. Chez les petites filles, on peut dire que la respiration est abdominale. A mesure qu'elles se font fillettes, la respiration semble remonter; et le jour où elles sont tout à fait femmes, elle devient cet abaissement et ce soulèvement voluptueux des seins.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, juill. 1879, p. 34.
4. Je frissonnais, non pas seulement parce que la pièce était froide, mais parce qu'un notable abaissement thermique (...) est causé par certaines larmes qui pleurent de nos yeux, goutte à goutte, comme une pluie fine, pénétrante, glaciale, semblant ne devoir jamais finir.
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, Le Côté de Guermantes, 1921, p. 393.
5. Bien que l'extraordinaire activité, la libre effervescence de sa pensée l'eût comme enivré, son regard attendait au passage quelques détails familiers, à travers la nuit, la tache d'un buisson, un détour brusque, l'abaissement du talus dans sa course vers le ciel noir, la cabane du cantonnier.
G. BERNANOS, Sous le soleil de Satan, 1926, p. 163.
6. Ces ensembles sont des moteurs de développement par les activités complémentaires qu'ils suscitent, par les abaissements de coûts et de prix qu'ils autorisent, par l'ensemble des réactions de l'environnement (économies externes) qu'ils provoquent.
F. PERROUX, L'Économie du XXe siècle, 1964, p. 189.
Rem. L'ex. 1 fait apparaître un groupement de synon. et d'anton. À abaissement se rattache abduction, son synon. en termes d'anat., et élévation, son anton. dans le lang. cour., auquel fait pendant le terme sav. adduction.
B.— Accept. techn. et domaines d'application partic. [Abaissement, terme gén., est utilisé comme abaisser dans la terminol. de nombreuses sc. et techn. : algèbre, géom., astron., blason, chir., ch. de fer, phys.]
1. GÉOL. Abaissement d'axe ou abaissement de charnière. Région plus basse dans la charnière d'un pli (Lar. encyclop.) (cf. abaissé I B 2).
2. MILIT. (ART) :
7. L'abaissement est, sur une ordonnée prolongée jusqu'à la ligne de tir, la longueur comprise entre cette ligne et la courbe.
A. LEDIEU, E. CADIAT, Le Nouveau matériel naval, t. 1, 1890, p. 16.
3. MUSIQUE :
8. Le rythme de la mélopée grecque était dessiné par l'élévation, arsis, et l'abaissement, thesis, de la main.
Bénédictins de Solesmes, Paléographie musicale, t. 5, 1889, p. 98.
Rem. Parmi le gd nombre des syntagmes existants, dont Ac. 1835 donne un aperçu (abaissement d'un mur, des eaux, du mercure dans le baromètre, de la voix), qui est complété par les données des autres dict. des XIXe et XXe s., on citera : abaissements de voix (V. HUGO, Les Travailleurs de la mer, 1866, p. 225), abaissement des eaux (J. VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, t. 1, 1868, p. 230), abaissement de température (J.-P. SARTRE, La Nausée, 1938, p. 148), cf. ex 2 et 4. La terminol. de l'industr. : taquets à abaissement (J.-N. HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Cours d'exploitation des mines, t. 2, 1885, 1, p. 211).
II.— Domaine moral et au fig. (cf. abaisser II). Action de faire descendre à un niveau inférieur la valeur attachée à une personne (à son activité, aux qualités qu'elle s'attribue, etc.) ou à une chose; action (volontaire ou forcée) de descendre du niveau (moral, intellectuel) auquel on se tient habituellement ou auquel se trouve habituellement une chose; résultat de cette action :
9. Il chantait la préface à faire pleurer : il n'allait point comme saint Paul, avec une parole rude; mais avec une parole emmiellée et cet abaissement adorable qui consacrait un Chabot à Dieu, tout de même qu'un simple desservant de paroisse.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 365.
10. Dans le ménage actuel, la femme est bien certainement le dissolvant qui défait le caractère et l'honorabilité de l'homme. Elle est la conseillère qui pousse à toutes les lâchetés, à toutes les transactions de conscience, à tous les abaissements, à toutes les platitudes.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, mai 1864, p. 40.
11. Nous nous refusons obstinément à la décadence, à l'abaissement, à l'humiliation, au dépècement de nous-mêmes.
H.-F. AMIEL, Journal intime, 10 juin 1866, p. 316.
12. Les autres n'ont connu que leur propre bassesse. Mais vous avez connu le même abaissement.
Ch. PÉGUY, Ève, 1913, p. 783.
13. Elle sert à détourner les exploités de la contemplation périlleuse pour les exploiteurs, de leur dégradation, de leur abaissement.
P. NIZAN, Les Chiens de garde, 1932, p. 161.
Rem. 1. Décadence insiste sur la durée du processus de déchéance, alors que abaissement insiste plutôt sur son terme. Humiliation exprime le sent. de confusion ou de culpabilité éprouvé par la pers. qui se trouve placée dans un état d'infériorité. Dépècement marque la conséquence attendue de cette chute provoquée. Bassesse (ex. 12) traduit une manière d'être permanente et naturelle, abaissement un état accidentel résultant d'une action. À dégradation (ex. 13) est attachée l'idée d'abandon, entaché d'infamie, d'un rang supérieur (cf. abaisser, sém. II B ex. 25). 2. La qualification du subst. par un adj. valorisant (ex. 9) montre que le subst. peut se prendre en bonne part, notamment dans son emploi relig.
Prononc. :[]. Enq. ://.
ÉTYMOL. — Apr. 1170 « état de ce qui est bas et mérite la réprobation », sens fig. (B. DE SAINTE-MAURE, Chron. des ducs de Normandie, éd. Fahlin, t. 1, vers 19 711 : Honte est e granz abaissemenz E lait vers Deu e vers les jenz Que hauz huem lait sa jent frarine, Sofraitose ne miserine).
Dér. de abaisser; suff. -ment1.
HIST. — Aucune disparition de sens ou d'emploi n'est à signaler. Les sens et emplois attestés apr. 1789 se répartissent ainsi :
I.— Au sens propre, dans le domaine spatial, etc. (cf. sém. I). — A.— Accept. gén. 1re attest. au XIIe-XIIIe s. dans un cont. concr. relevant de la topogr., où le mot signifie « endroit où le sol s'abaisse », p. ext. du sens « action de s'abaisser, état de ce qui est abaissé », en parlant du sol : A celui di ge que vos façoiz voie, qui monte seur le rescousement (sic), ce est sueur l'abessement. Commentaire sur les Psaumes, B. N., 963, p. 81, (Gdf.). Cf. encore au XVIe s. le même type de cont. : Et de costé et d'autre y avoit des pentes et abaissemens assez roides. B. DE VIGENERE, Comm. de Ces., p. 66, (Gdf.). Signifie proprement dès le XVIe s. (cf. ex. ci-apr.) « action d'abaisser, de s'abaisser; état de ce qui est abaissé » : Jettant des baisers de loin, avec un abbaissement d'yeux, un signe des mains. LARIVEY, Fid., V, 8, (Gdf.). Subsiste dans son accept. gén. : . au XVIIe s., malgré certaines réserves : ,,Ce mot dans le propre n'est pas, ce semble, usité, ou du moins il ne l'est guere`` (RICH. 1680). L'abaissement de ce mur qui ôtoit la veuë à cette maison l'a bien égayée. FUR. 1690; . aux XVIIIe, XIXe et XXe s. (cf. sém. I A) où, selon différentes éd. de Ac. il est plus en usage au fig. B.— Accept. techn. et domaines d'application partic. — Dep. le XVIIe s., le mot a acquis dans divers domaines de l'activité hum. certaines accept. techn., dont la perman. s'étend jusqu'aux XIXe et XXe s. Est donnée ci-apr. la 1re recension lexicogr. de quelques-unes de ces accept. suivie de la signif. corresp. : Chir. Abaissement de la matrice et du rectum (RICH. 1680, Rem. sur la lettre A) (cf. abaisser, hist. II A 1 b). Algèbre. Abaissement (des équations), réduction des équations au moindre degré dont elles soient susceptibles (Encyclop. t. 1 1751) (cf. abaisser, hist. II A 1 b). Astron. L'abaissement d'une étoile sous l'horizon est mesuré par l'arc de cercle vertical, qui se trouve au-dessous de l'horizon, entre cette étoile et l'horizon (Encyclop. t. 1 1751). Cf. aussi dans le même ouvrage les expr. abaissement du pôle, de l'horizon visible. Blas. Un abaissement (ou abattement) est ,,quelque chose d'ajouté à l'écu, pour en diminuer la valeur et la dignité, en conséquence d'une action déshonorante ou tache infâmante dont est flétrie la personne qui le porte.`` (Encyclop. t. 1 1751) (cf. abaissé, hist.).
II.— Au sens fig., dans le domaine moral (cf. sém. II). Perman. de ce sens dep. sa 1re attest. au XIIe s. (cf. étymol.) jusqu'à nos jours XVIIe-XVIIIe s. : Les loix ont voulu que les enfans naturels qui ont été jettez dans le monde clandestinement, vivent dans la honte et dans l'abaissement (FUR. 1701). Cette pieuse princesse travailloit à humilier sa grandeur par des abaissemens volontaires (FUR. 1701).
STAT. — Fréq. abs. litt. :469. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 732, b) 785; XXe s. : a) 452, b) 676.
BBG. — FROMH.-KING 1968. — Gramm. 1789. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — NYSTEN 1814-20. — PRIVAT-FOC. 1870. — Sc. 1962. — UV.-CHAPMAN 1956. — VACHEK 1960. — WILL. 1831.

abaissement [abɛsmɑ̃] n. m.
ÉTYM. Fin XIIe; de abaisser.
Action d'abaisser, de s'abaisser.
1 Action de faire descendre; état de ce qui est descendu ( Baisse).L'abaissement de qqch. (par qqn). || L'abaissement d'un store. || L'abaissement des paupières.Processus par lequel qqch. s'abaisse. || L'abaissement d'un organe, de l'utérus. Affaissement, chute, descente; ptose, prolapsus.
0.1 Mépris outré, par l'abaissement excessif des coins de la bouche, à propos de je ne sais quelle attaque (…)
Stendhal, Journal, 21 mai 1813.
1 À chaque gonflement de la vague enflée comme un poumon, ces fleurs, baignées, resplendissaient, à chaque abaissement, elles s'éteignaient.
Hugo, les Travailleurs de la mer, II, I, XIII.
Géom. || Abaissement d'une perpendiculaire.Abaissement du niveau d'un liquide.
2 Action de diminuer une hauteur, la hauteur de (qqch.). || L'abaissement d'un mur, d'un talus.Par métonymie. Forme de ce qui diminue de hauteur (à un endroit donné). Dépression. || L'abaissement, le brusque abaissement de la côte, de la falaise.
3 Le fait de diminuer de force, d'intensité, de devenir plus bas, plus faible. || L'abaissement de la température, du degré d'humidité.
1.1 Les colons n'en avaient pas fini avec les froids rigoureux. On sait que, dans l'hémisphère boréal, le mois de février se signale principalement par de grands abaissements de la température. Il devait en être de même dans l'hémisphère austral.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. I, p. 290 (1874).
Action de diminuer (une valeur), de la rendre plus basse. || L'abaissement du prix des denrées. Diminution. || Abaissement d'un taux, de la valeur d'une monnaie. Chute, dévaluation. || Abaissement de l'âge de la retraite. Avancement.
1.2 La campagne lancée par les syndicats en faveur de l'abaissement de l'âge de la retraite est extrêmement populaire, et les patrons en ont reconnu le bien-fondé puisqu'ils ont accepté de verser une pré-retraite aux chômeurs de plus de 60 ans (…)
Jean Ferniot, Pierrot et Aline, p. 293.
4 Vieilli. Action de rendre moins puissant. Affaiblissement, anéantissement.
2 Après l'abaissement des Carthaginois, Rome n'eut presque plus que de petites guerres.
Montesquieu, Grandeur et décadence des Romains, V.
5 Vx. État de ce qui a une valeur moindre. Décadence, déclin, dégénérescence.REM. Bassesse marque un état permanent, abaissement un état accidentel.
3 Bassesse est un substantif pur, abaissement est un substantif verbal. La bassesse est un état; l'abaissement, un état qui résulte d'une action.
Lafaye, Dict. des synonymes, Bassesse, abaissement.
Action de descendre du niveau (moral) auquel qqch. se tenait; état résultant de cette action. || L'abaissement de la morale publique. Dégénérescence.
4 L'abaissement des caractères et la conquête macédonienne livrent la Grèce aux étrangers.
Taine, Philosophie de l'art, t. I, I, p. 8.
6 (Personnes). Vx. Le fait de s'humilier, de se soumettre, soit par un acte délibéré (pouvant avoir une valeur morale et mystique positive), soit par la contrainte et les circonstances; état qui en résulte.Spécialt. Déshonneur, indignité. Abjection, avilissement, déchéance, dégradation, déshonneur, indignité. || L'abaissement et la honte. aussi Servitude, soumission.
5 Vous avez vu ma honte et mon abaissement.
Voltaire, Brutus, IV, 1.
6 Dieu ne nous fait trouver notre salut que dans les humiliations et l'abaissement.
Massillon, cité par Lafaye, Dict. des synonymes, Bassesse, abaissement.
Dans un contexte religieux. Comportement par lequel une personne renonce à tout orgueil mondain, par humilité, état de renoncement. Humiliation, renoncement. || Abaissement volontaire.
7 Son humilité la sollicite à venir prendre part aux abaissements de la vie religieuse.
Bossuet, Sermon pour la profession de Mlle La Vallière.
8 Fils du ciel, je fuirai les honneurs de la terre;
Dans mon abaissement je mettrai mon orgueil (…)
Hugo, Odes et Ballades, IV, 9.
Littér. Le fait d'occuper une situation plus basse, pour une personne.
9 Anne ignorait son abaissement soudain, et que sa hauteur, son mépris, ne m'en imposaient plus (…)
Giraudoux, Simon le pathétique, p. 231.
Vx. Situation sociale inférieure.
CONTR. Élévation, exhaussement, relèvement, soulèvement, surélévation. — Exaltation, glorification.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • abaissement — ABAISSEMENT. s. m. Diminution de hauteur. L abaissement des eaux. L abaissement d un mur. L abaissement du mercure dans le baromètre. [b]f♛/b] On dit, L abaissement de la voix, par opposition à l élévation de la voix. [b]f♛/b] Il est plus en… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • abaissement — (a bê se man) s. m. 1°   Action d abaisser ou de s abaisser ; état de ce qui est abaissé. Abaissement d une soupape, des paupières. 2°   Fig. Abaissement de la voix, qui indique trois choses : le passage de la voix haute à la voix basse ; le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ABAISSEMENT — s. m. Action d abaisser ou de s abaisser, et Le résultat de cette action. L abaissement d un mur. L abaissement des eaux. L abaissement du mercure dans le baromètre. L abaissement de la voix. Faire l opération de la cataracte par abaissement.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ABAISSEMENT — n. m. Action d’abaisser, de s’abaisser, ou Résultat de cette action. L’abaissement d’un mur. L’abaissement des eaux. L’abaissement du mercure dans le baromètre. L’abaissement de la voix. En termes d’Astronomie, Abaissement d’un astre, Quantité… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • abaissement — krytis statusas T sritis automatika atitikmenys: angl. decay; drop; fall; incidence vok. Abfall, m; Abklingen, n; Fall, m rus. падение, n; спад, m; спадение, n pranc. abaissement, m; chute, f; décroissance, f; incidence, f …   Automatikos terminų žodynas

  • abaissement — krytis statusas T sritis Standartizacija ir metrologija apibrėžtis Dydžio ar parametro vertės (dažniausiai staigus) sumažėjimas. atitikmenys: angl. decay; drop; fall vok. Abfall, m; Abfallen, n; Fall, m rus. падение, n; спад, m; спадание, n pranc …   Penkiakalbis aiškinamasis metrologijos terminų žodynas

  • abaissement — sumažėjimas statusas T sritis Standartizacija ir metrologija apibrėžtis Ko nors susilpnėjimas, pasidarymas mažiau. atitikmenys: angl. decrease vok. Minderung, f; Rückgang, m rus. понижение, n; уменьшение, n pranc. abaissement, m; diminution, f …   Penkiakalbis aiškinamasis metrologijos terminų žodynas

  • abaissement — nuosmukis statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. depression; lowering vok. Depression, f; Erniedrigung, f rus. депрессия, f; понижение, n pranc. abaissement, m; baisse, f; dépression, f …   Fizikos terminų žodynas

  • abaissement — sumažėjimas statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. lowering vok. Erniedrigung, f rus. понижение, n pranc. abaissement, m …   Fizikos terminų žodynas

  • Abaissement — Det at abaissere …   Danske encyklopædi

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.